Fernand-Léger, “Les Constructeurs”, 1950, Huile sur toile, 228 X 300 cm, Musée national Fernand-Léger, Biot, France

Le tableau, Les Constructeurs, représente des ouvriers travaillant dans le vide. Le peintre rend hommage à la force et au courage de ces ouvriers qui montent sur des échafaudages vertigineux pour réaliser des bâtiments incroyables.

Fernand Léger, Reconnu comme peintre cubiste dès 1909, se joint, en 1911, au groupe de Puteaux les cubistes orphiques, où il fréquente des artistes comme Robert Delaunay, Marcel Duchamp et Francis Picabia. Par la suite son œuvre devient de plus en plus abstraite. Entré dans l´armée au début de la Première Guerre mondiale, il est réformé pour avoir été exposé au gaz de moutarde. En 1917, il renonce à l´abstraction et développe l´harmonie tonale caractéristique des figures simplifiées – ou, selon son expression, des “images poétiques quotidiennes”de sa maturité. Il passe la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis, où il réalise plusieurs commandes publiques importantes.

Léger réintroduit alors dans la peinture des formes géométriques et y incluse la mécanique, si présente dans le monde contemporain, ainsi que des éléments industriels comme des pans d´échafaudage, des fragments d´architecture. Plus qu´aucun autre peintre, il a réussi à trouver un équivalent pictural au vacarme de l´usine et du chantier, comme à l´agitation de la rue. Il s´éteint chez lui, à Gif-sur-Yvette, en 1955.

Six hommes au travail sur un site de construction. Quatre transportent une lourde barre de fer, le cinquième vient escalader une échelle au-dessus d´eux et un sixième est assis encore plus en hauteur. De quel type de construction s´agit-il ici ? Une bâtisse de plein pied ou en hauteur avec plusieurs étages ? La réponse se trouve traduite par l´arrière-plan où l´on peut découvrir le bleu profond du ciel parmi des nuages blancs et gris. Ce bâtiment, aussi haut que les nuages, doit être un gratte-ciel. On remarque ensuite que Léger a inséré dans sa toile un nombre important de cordes et d´échelles, pareil à un jeu d´échelles et de serpents. Il désirait sans doute révéler le danger auquel les constructeurs devaient faire face. Tous ces travailleurs portent une casquette sauf un ; ils portent des chemises différentes et paraissent avoir la même musculature. L´artiste a peint les barres de fer de couleurs vives – rouge, jaune, noire et blanc- et a préféré rendre l´échafaudage multicolore plutôt que les tons foncés et gris du chantier qu’il aurait dans sa réalité.

Comment ne pas rapprocher ce tableau de cette photo prise en 1932 pendant la construction du RCA Building, qui est le principal bâtiment du Rockefeller Center, intitulée « Lunch at top a Skyscraper » – Déjeuner au sommet d’un gratte-ciel-, sur laquelle on voit onze ouvriers en train de déjeuner, assis sur une poutre qui pend à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol, sans la moindre sécurité et qui rappelle le séjour de Léger à New-York ?

 

Christian Subra