Marguerite Duras (1914-1996), née en Indochine, a souvent exploré dans ses oeuvres l’exotisme de ses paysages d’enfance.

A la suite d’une carrière littéraire exceptionnelle, l’artiste s’est investie dans l’écriture de scénarios pour le cinéma, avant de passer à la réalisation à partir de la fin des années 1960. Au coeur de son oeuvre : la valse-hésitation entre le souvenir et l’oubli. La tendresse et la folie sont ainsi étudiées au travers des opportunités et impossibilités des sons et images. 

L’oeuvre de Duras sera traitée par des chercheurs et des artistes finlandais. La thématique du 14.3 portera sur son oeuvre littéraire, le focus  du 15.3 en revanche concernera sur ses adaptations cinématographiques et théâtrales. Discours liminaire par Suzanne Liandrat-Guigues, professeure à l’Université Paris VIII. 

Symposium : 14.3 9:00 – 14:00 // 15.3 10:00 – 16:30  Orion

Programmation : 

Hiroshima, mon amour (1959) 11.3 17:00 / 16.3 17:30

Détruire dit-elle (1969) 12.3 19:00 / 14.31 8:40

Agathe et les lectures illimitées (1981) 13.3 19:00 / 15.3 17:00

Les enfants (1985) 18.3 17:00 / 21.3 19.00

Barrage contre  le Pacifique (1957) 22.3 16:30

Moderato cantabile (1960) 28.3 19:00

Une aussi longue absence (1961) 27.3 19:10 / 29.3 17:00

Nathalie Granger (1972) 1.4 19.00 / 4.4 19:30

Le camion (1977) 2.4 19:30 / 5.4 17:00

Son nom de Venise dans Calcutta désert (1976) 8.4 18:45 / 12.4 17:00

 Plus d’informations : www.kavi.fi