Café scientifique le 12 décembre 2019 à 17h à  la Médiathèque de l’Institut

Ce que l’écologie génétique peut nous apprendre sur l’histoire et le devenir des populations naturelles

La diversité biologiques est omniprésente, et chaque niveau d’organisation du vivant est caractérisé par une multitude de nombres, de formes et de couleurs. Les mécanismes de l’évolution (i.e. sélection naturelle, mutation, dérive génétique etc.) façonnent cette diversité au cours du temps, et laissent des empreintes caractéristiques au sein des populations naturelles, et jusque dans le génome des individus. Les outils de la génétique moderne permettent d’étudier ces empreintes et de déterminer les événements évolutifs passés qui ont conduit aux patrons de diversité observés dans les populations contemporaines. Il est également possible à partir de ces patrons de variation génétique, d’estimer la capacité des populations à répondre à la sélection, et donc de déterminer leur potentiel évolutif futur. A l’heure où les populations naturelles font faces à des changements environnementaux de plus en plus rapides, comprendre comment ces dernières peuvent (ou non) répondre et s’adapter à ces changements constitue un enjeu majeur de la biologie moderne.

« Dans cette présentation j’introduirai les concepts, les objectifs et les méthodes de l’écologie génétique à travers différents exemples issus de mes recherches. J’expliquerai notamment comment l’étude d’une drosophile asiatique et d’un poisson finlandais peut nous en apprendre plus sur l’évolution des populations naturelles… »

Inscrivez-vous dès aujourd’hui à cet évènement gratuit ici :
https://www.eventbrite.co.uk/e/cafe-scientifique-tickets-84141646931


Intéressé par l’écologie et l’évolution, Antoine Fraimout a conduit son travail de thèse en biologie évolutive au Museum National d’Histoire Naturelle (Paris, France). Depuis 2018 il travaille à l’Université de Helsinki, dans l’unité de recherche en écologie génétique sur l’évolution quantitative des génomes dans les populations.