3.9.-8.11.2019 – Kino Regina

Romancier fêté, cinéaste, poète, dramaturge et dessinateur, Cocteau est l’un des créateurs les plus féconds du XXe siècle. Doté d’une rare aptitude à changer de style et de forme, il incarna tous les courants et les modes artistiques du second tiers du XXème siècle. Avec Jean Marais, ils formèrent également un des couples éternels du cinéma français. La mort, les miroirs, les étoiles constituent les motifs récurrents de ses pièces de thèâtres, de ses films et de ses dessins. Pour les 130 ans de sa naissance, Kino Regina lui dédie un cycle.

Plus d’informations et tickets : http://kinoregina.fi/teemat/jean-cocteau/


LES PARENTS TERRIBLES (1948)

Michel aime Madeleine et veut l’épouser, mais ses parents s’opposent à son mariage. En effet, Madeleine est la maîtresse du père de Michel et la mère de Michel, qui aime son fils plus que tout, ne souhaite qu’une chose : le garder à ses côtés. Léonie, la tante de Michel va alors tenter d’arranger cette drôle de situation…


L’AIGLE À DEUX TÊTES (1947)

Trois jours d’un amour impossible pour une reine veuve, encore jeune et belle et pour un beau et vigoureux anarchiste qui, blessé, s’est réfugié dans le château de la reine, venu pour l’assassiner, alors que secrètement il l’a toujours aimée. La confrontation tragique entre « une reine d’esprit anarchiste et un anarchiste d’esprit royal », sosie du roi défunt.


LA BELLE ET LA BÊTE (1946)

La fille d’un riche marchand demande simplement à celui-ci, revenant d’un long voyage, une rose comme cadeau. Ses soeurs se moquent d’elle, mais à partir de ce souhait inattendu tout devient merveilleux. Un homme est changé en bête, la maison est la proie des sortilèges, enfin le Prince Charmant surgit au dénouement pour ravir Belle.


LE TESTAMENT D’ORPHÉE (1960)

Le dernier film de Jean Cocteau. Mort et résurrection du poète. Frappé par une balle, le poète Jean Cocteau rebondit dans un autre temps. Vie et mort, présent et futur, monstres et imagination, angoisses et fantasmes, c’est le testament du poète cinéaste, sa biographie sans aucun souci de chronologie. Jean Cocteau y tient le rôle principal.


ORPHÉE (1949)

Amoureuse d’Orphée, la Princesse est jalouse de sa femme Eurydice. Elle la fait mourir. Avec l’aide d’Heurtebise, le chauffeur de la Princesse, Orphée gagne le monde des morts. Le tribunal autorise Eurydice et son époux à revenir sur terre, à une condition : qu’Orphée ne revoie jamais Eurydice… Une version du mythe par Cocteau dans la France des années 40…


LE SANG D’UN POÈTE (1930) + LA VILLA SANTO-SOSPIR (1952)

Le vicomte Charles de Noailles est le mécène du Sang d’un poète, premier film de Jean Cocteau. Il lui commande un film d’animation, et un autre en prise de vue réelle à Luis Buñuel qui réalisera ainsi L’Âge d’or. Cependant, Cocteau, conscient des difficultés que représentent les techniques du cinéma d’animation, propose « de faire un film [en images réelles] aussi libre qu’un dessin animé, en choisissant des visages et des lieux qui correspond[ent] à la liberté où se trouve un dessinateur inventant un monde qui lui est propre ». Aujourd’hui, le film est considéré comme une œuvre majeure.

La Villa Santo-Sospir est un documentaire sur la villa légendaire dont les fresques ont été réalisées par Jean Cocteau lui-même commenté par l’artiste.