Originaire du Tchad, la famille de Mahamat-Saleh Haroun fuit la guerre civile alors qu’il est encore jeune. Arrivé en France à la fin des années 70, il y fait des études de cinéma et de journalisme, avant de réaliser ses premiers films.

Il se fait connaître avec le court-métrage Maral Tanie en 1994, et son premier long, le documentaire Bye Bye Africa, présenté à la Mostra de Venise en 1999. Ses films suivants, centrés sur des personnages d’Afrique centrale, et se déroulant pour la plupart au Tchad, lui permettent d’acquérir une renommée internationale. Daratt, Prix spécial du Jury à la Mostra de Venise en 2006, met en scène une relation ambiguë entre un jeune garçon et l’assassin de son père, criminel de guerre gracié par le gouvernement tchadien.

En 2010,  Un Homme qui crie remporte le Prix du Jury à Cannes. Le film montre le déchirement moral d’un homme dont la déchéance sociale profite à son fils, dans un contexte de guerre civile.

Mahamat-Saleh Haroun vit aujourd’hui entre le Tchad, où il a été ministre de la Culture de février 2017 à février 2018, et la France.
Une Saison en France, son dernier film met en scène Abbas et ses deux enfants, demandeurs d’asile centrafricains.

Invité d’honneur du Midnight Sun Film Festival, Mahamat-Saleh Haroun y présentera ses films Bye Bye Africa, Daratt, Un Homme qui crie et Une Saison en France.

https://yle.fi/uutiset/3-10256970