Onni Salmi, élève au lycée franco-finlandais, a eu loccasion de passer une semaine au sein d’un festival daudiovisuel en France comme représentant de la Finlande. Onni nous raconte son expérience :

Le FIPA (Festival International des Programmes Audiovisuels) est un événement annuel qui a lieu dans la ville maritime de Biarritz en janvier. Le festival choisit depuis 2002 treize jeunes âgés entre 15 à 17 ans de différents pays d’Europe, ayant en commun l’intérêt et la passion pour l’audiovisuel, le cinéma ou bien les autres médias.

La sélection du Jury des jeunes européens se déroule grâce à un concours. Après l’annonce des informations obligatoires et de la lettre à Biarritz, la FIPA choisit un jeune par pays. Pendant le festival les jeunes verront et analyseront un grand nombre de films. Ils ont aussi la possibilité de rencontrer des professionnels et de se familiariser avec l’ambiance d’un festival cosmopolite.

Le jury regarde les films sélectionnés comme finalistes et remet le Prix du Jury des jeunes européens dans la catégorie « Grand reportage et investigation » à l’un d’entre eux. Cette année nous avons vu des films documentaires qui s’intéressent à des sujets socialement et individuellement touchants. Voici quelques exemples: un document sur les nomades de la Mongolie inquiets pour le futur de leur culture, l’autre filmé par des jeunes photographes français au cours du Printemps arabe – armés seulement de leurs caméras – ou bien la situation de la minorité transsexuelle d´Amérique du Sud.

La semaine se déroule en regardant les films, en se nourrissant bien, en rencontres et temps libre. Ce planning plus ou moins strict nous a d’ailleurs bien rapprochés. Après avoir rencontré les autres jurés, j’étais agréablement impressionné par leur point de vue et opinions ouvertes et de leur capacité de s’exprimer. Également, chacun appréciait l’avis des autres – qu’importe le sujet. Par contre, nous nous sommes verbalement battus pendant les débats sur les films, ce qui indique en effet le travail d’un bon jury. On s’est bien entendus : nous nous sommes rencontrés inconnus mais séparés amis.

Après la délibération de trois heures nous avons remis le prix à Watai Takeharu pour son œuvre ”Peace on the Tigris”. Le réalisateur a filmé Bagdad à partir de l’Opération liberté irakienne en 2003 jusqu’à 2013. En filmant il devient ami avec des civiles et une famille toute normale qui, par contre, sera confrontée aux horreurs de la guerre: l’affliction, le chagrin, la mort. L’histoire humaine a mis les larmes aux yeux des spectateurs partout dans la salle et nous a permis de beaucoup dialoguer.

Pendant cette semaine extraordinaire j’ai eu la chance d’apprendre beaucoup et voir encore plus. Le festival est bien vivant dans ma mémoire et m’a fait envisager beaucoup de choses. Je conseille à tous et à toutes d’essayer d’y participer dès que la Finlande aura l’occasion d’y envoyer le ou la prochain(e) candidat(e).

Je remercie en particulier Mme Ha-Minh, professeur de français, pour m’avoir proposé de participer au concours FIPA et pour le soutien qu’elle m’a apporté.

 

Onni Salmi 9 C

(Photo : Les représentants, à partir de gauche: Irlande, Italie, Allemagne, Luxembourg, Autriche, Slovénie, Estonie, Pays-Bas, Grèce, Suède, République tchèque, Finlande et la France.)