Le second roman de Leila Slimani Chanson Douce, Goncourt 2016, vient d’être publié en finnois chez WSOY (trad Lotta Toivanen). Helsingin Sanomat fait une critique dithyrambique du livre dans son numéro du 11 août.

Leïla Slimani sera présente à l’Institut français le 24 septembre à 17 h pour parler de son œuvre : http://www.france.fi/helsinki/evenements-helsinki/conferences/rencontre-avec-leiila-slimani/?lang=fr

Pour les apprenants du français, la langue volontairement sobre du roman est particulièrement accessible. Le livre aborde les thèmes difficiles de la coexistence entre maternité et carrière professionnelle, des différences de classes, des préjugés et du désespoir qui peut frapper les plus démunis.

S’attardant sur les pensées les plus intimes d’une mère et de sa nourrice, il relate les événements qui ont précédé le dénouement funeste. Un dénouement évoqué dès la première page du roman : une nourrice assassine les enfants dont elle a la garde.

L’histoire est tirée d’un fait divers. En 2012, Yoselyn Ortega, baby sitter d’une famille huppée de New York, tue les deux enfants âgés de 2 et 6 ans dont elle s’occupe.

Dans Chanson Douce, c’est une mère de famille d’origine marocaine qui emploie la française Louise. Son prénom pourrait-être une évocation de Louise Woodward, autre célèbre gouvernante de fait-divers tragique.

Le premier roman de Leila Slimani, Dans le jardin de l’ogre (2014) est disponible dans la mediathèque de l’Institut. L’œuvre aborde également le thème de la maternité et des difficultés de la familiale mais les enjeux principaux sont ici la relation de couple, la sexualité, les traumatismes d’enfance. Le personnage principal du roman est nymphomane, son mari ne s’intéresse pas au sexe.

Le roman livre un scandale lors de sa parution au Maroc, pays d’origine de Leïla Slimani. Elle aborde la réception de ce livre dans son dernier ouvrage Paroles d’honneur (2017). Ce recueil d’entretien, laisse la parole aux femmes marocaines. Elles y content leurs expériences sexuelles et les taboues contre lesquels elles peuvent se heurter.

Paroles d’honneur est disponible sur Culturethèque, bibliothèque en ligne accessible aux adhérents de la médiathèque de l’Institut.