Tous les ans, l’Institut français et le réseau culturel français de l’étranger mettent à l’honneur au mois de novembre la culture numérique sous toutes ses formes, productions numériques, performances, musique et art visuel… C’est une invitation à la réflexion et à la découverte de ces nouveaux médias.

Retrouvez la richesse de la culture numérique à l’Institut français de Finlande, à travers des présentations de Culturethèque, notre médiathèque en ligne, et surtout, l’exposition de photographies d’Élise Aubisse, du 15 au 30 novembre sur les écrans de la médiathèque.

 

Exposition projetée In-Game Photography, un néo-picturalisme virtuel de la photographe Élise Aubisse

Élise Aubisse, photographe française finnophile créative et passionnée, expose à l’Institut français de Finlande du 15 au 30 novembre 2017 dans le cadre du mois de Novembre numérique.

Deux séries de photographies sont exposées : une série numérique et une série argentique. Les photographies sont projetées sur écran dans l’espace de la médiathèque de l’Institut.

L’In-Game Photography met en valeur une nouvelle photographie. À la fois grâce au jeu vidéo et hors de lui, le screenshot devient une œuvre d’art à part entière et le geste artistique du photographe-gamer crée une nouvelle manière d’appréhender le jeu vidéo dans sa globalité. Le jeu vidéo est alors bien plus un prétexte qu’un sujet en lui-même.

Tout en visionnant le diaporama photographique, le public est invité à écouter l’interview radiophonique d’Élise Aubisse sur les tablettes numériques mises à disposition dans la médiathèque.

Cette exposition, qui exploite toutes les possibilités du numérique, questionne les frontières entre réalité et virtualité.

Plus d’informations :

Le blog d’Élise Aubisse sur sa thématique de l’In-Game Photography : http://thiuth-ingamephoto.blogspot.fi/

Un article local sur Élise Aubisse, major nationale du Brevet Technique des Métiers photographie : http://www.le-petit-berrichon.com/bourges-portrait-elise-recue-major-national-btm-photographie/ (ERRATUM : Élise Aubisse n’a pas étudié « la langue chinoise » mais bien le finnois !)