Aleksi Pahkala de Radio Helsinki décrit ses impressions après sa participation au cours débutant de l’Institut.

Le journaliste Aleksi Pahkala de Radio Helsinki a pris une bonne résolution pour l’année 2016 : il va apprendre le français. M. Pahkala est connu pour son amour de la musique française, mais pourtant il n’en a jamais appris la langue. En janvier 2016, il s’est inscrit à un cours débutant de l’Institut français. Son parcours sera suivi sur Radio Helsinki, sur le site de l’Institut et par le hashtag #aleksioppiiranskaa. Reste à voir comment son ”accent de Vantaa”, comme il le décrit lui-même, s’adaptera à la langue française ! En tout cas, il ne manque pas d’enthousiasme après son premier cours. Lisez son témoignage ci-dessous :

Mon premier cours de français a eu lieu aujourd’hui. Point de départ dans ma connaissance du français : zéro. Dès mon arrivée à l’Institut français de Finlande, moi ainsi que tous les autres participants du cours avons reçu chacun notre propre carte médiathèque, ce qui permet d’emprunter des livres de littérature française (dans mon cas sûrement des Tintin pour commencer) et des films français. Il y avait une énorme collection de films, qui pour la plupart ne sont pas disponibles par exemple sur Netflix.

Le cours était plein, 7 étudiants au total. Je suis terrifié au tout début, notamment quand le plus jeune de notre groupe, un collégien, parle français mille fois mieux que moi, tout simplement après avoir lu lui-même des manuels de français chez lui. Son objectif : pouvoir lire les Tintin dans la langue originale. Le groupe se composait également d’un couple sympathique d’une cinquantaine d’année, deux femmes de 20 à 30 ans environ, une dame élégante et moi-même. Nous étions tous présents par amour de la langue française. Quelques-uns avaient entendu la pub de l’Institut sur Radio Helsinki, une autre avait été fille au pair et avait promis aux enfants d’apprendre autre chose que “lavez vos dents” et “allez au lit” etc. Tous étaient passionnés.

Le professeur était un Français, très beau d’ailleurs, il s’appelait Nicolas. Il a parfaitement su nous pousser hors de notre zone de confort, mais toujours en nous encourageant, en nous motivant et en expliquant tout très clairement.

Cela fait bien longtemps que je n’ai été dans une situation pareille : je rougis, je baisse les yeux, mais en même temps je suis très enthousiaste, et surtout je me rends soudainement compte de toute la finesse et de la beauté de la langue française.

Ce qui m’effraye le plus dans le français, c’est la prononciation, et bien sûr le fait qu’on écrive chaque mot d’une manière totalement différente de le prononcer. Mais au moment où je me suis rendu compte des similarités avec l’anglais et le suédois, un tout nouvel univers s’est ouvert ! J’ai compris que dans le français, la phrase est comme un train qui serait composé de plusieurs wagons –les mots- qui s’enchainent les uns à la suite des autres. Et je suis tombé amoureux de cette langue si mélodieuse, on la parle presque en chantant. Je pense que j’ai même compris la technique pour prononcer le “r” français !

Mes amis savent que j’ai toujours voulu apprendre le français et maintenant les premiers pas sont faits. Après le premier cours, je peux déjà dire que j’ai pris une bonne décision. Le cours m’a également permis d’oublier tout le stress lié au travail.