Au programme de ce début d’année 2016 : des grands classiques et des comédies récentes !

10 février : French Cancan – Jean Renoir (1954)
Montmartre, fin du XIXème siècle. Danglard est propriétaire du cabaret Le Paravent chinois où danse sa maitresse Lola. Il décide de remettre au goût du jour une anicenne danse, le cancan, et pour cela engage la jeune Nini. Nini, auparavant lavandière de son état, devient progressivement célèbre en exécutant le cancan, désormais connu sous le nom de French Cancan.

24 février : Adieu Berthe ou l’enterrement de Mémé – Bruno Podalydès (2012)
Berthe ou Mémé, la grand-mère d’Armand qu’il avait fini par « oublier » vient de mourir. Il doit entre temps gérer son père atteint de la maladie d’Alzheimer, sa femme qui ne veut pas divorcer et sa maitresse de plus en plus envahissante… Et Mémé dans tout ça ? On l’enterre ou on l’incinère ? Qui était Berthe ?

9 mars : Laurence Anyways – Xavier Dolan (2012)
Dans les années 1990, Laurence annonce à Frédérique, sa petite amie, qu’il veut devenir une femme. Pendant près de 10 ans, ils se séparent puis se retrouvent en affrontant les préjugés de leur famille et en bravant les phobies de la société qu’ils dérangent.

23 mars : Tous les chats sont gris – Savina Dellicour (2014) : le film de la francophonie 2016 !
Dorothy a été élevée dans la bonne société bruxelloise. En pleine crise identitaire, elle se réfugie dans la musique et décide de faire appel à Paul un détective privé pour retrouver son père biologique. Ce que Dorothy ignore, c’est que Paul est en réalité son père qui n’a jamais osé l’approcher…

13 avril : Le Mépris – Jean-Luc Godard (1963)
Le producteur Jeremy Prokosch adapte L’Odyssée d’Homère au cinéma. Il décide d’engager l’écrivain Paul Javal pour retravailler le scénario de son film. Ce dernier a une femme Camille avec qui il semble former un couple uni. Lors d’une rencontre avec Jeremy, un incident apparemment anodin se produit et Camille commence progressivement à s’éloigner et à mépriser son mari…

27 avril : Pas son genre – Lucas Belvaux (2013)
Clément, jeune professeur de philosophie parisien doit déménager dans la petite ville d’Arras. Désœuvré, il s’occupe en flirtant avec Jennifer, une coiffeuse d’Arras. Clément ne jure que par Kant ou Proust, Jennifer adore son travail et ses amies avec qui elle passe ses soirées au karaoké. Cet amour peut-il durer en dépit des barrières sociales?

11 mai : L’Enfer – Claude Chabrol (1994)
Paul a une vie de rêve que beaucoup d’hommes pourraient envier : un travail qui lui plait, une femme magnifique avec qui il a eu un enfant. Mais il commence à rencontrer des difficultés dans son travail et surtout à devenir terriblement, maladivement jaloux de sa femme, persuadé qu’elle le trompe. Sa vie devient un enfer.

25 mai : L’Assassin habite au 21 – Henri-Georges Clouzot (1942)
Un mystérieux assassin commet des meurtres en série et laisse sur ses cadavres sa carte de visite au nom de M. Durand. Le commissaire Wens trouve une piste qui le mène a Montmartre dans une pension de famille, les Mimosas. Il se déguise en pasteur et s’inscrit comme pensionnaire.

Les séances ont désormais lieu à 17h30 deux mercredis par mois dans les locaux de l’IFF, à Kaapelitehdas (Helsinki). Les films sont en français, sous-titrés en anglais (sauf indication contraire). Le prix est de 5€ excepté pour les détenteurs de la carte médiathèque pour lesquels la séance est gratuite. Un café et des brioches vous seront offerts avant la séance.

L’inscription est facultative mais recommandée à l’adresse : evenement@france.fi

Nouveauté : ce semestre, l’Institut organise des séances spécialement dédiées pour les enfants. Retrouvez le programme Jeune Public ici.